Augmenter la valeur de votre entreprise (suite) : le risque et votre PME

ciel.jpg

Dans mon dernier blogue, je parlais de l’effet positif et direct de la diminution des risques d’opérations sur la valeur de l’entreprise. À la suite de cet article, plusieurs lecteurs avaient cette question : « Oui, mais comment baisser le risque dans mon entreprise? »

Les réponses peuvent être très variées et sont influencées principalement par vos opérations. Voici donc quelques informations additionnelles qui, je l’espère, pourront vous aider à identifier des pistes à suivre.

RISQUES : DEUX COMPOSANTES

Le risque possède deux facettes, le risque réel et le risque perçu. Le risque réel peut être mesuré mathématiquement. On prend une série de données, par exemple les bénéfices avant impôts de votre entreprise, on calcule l’écart-type de cette série et on obtient une mesure du risque. L’information qui découle de ce calcul est particulièrement utile lorsqu’on a un choix à faire entre deux investissements. Le calcul du risque est surtout utilisé par les gestionnaires de portefeuille. Vous l’aurez compris, plus les flux générés par l’investissement sont prévisibles, plus le risque est bas. La limite du calcul mathématique du risque étant surtout liée au temps, la grande question demeure : « Est-ce que les résultats historiques se reproduiront dans le futur? »

calcul 2.jpg

L’autre composante du risque est liée à la perception. Un enfant apprend à faire de la bicyclette, se râpe un genou, prend conscience du risque et promet de ne plus jamais faire de bicyclette de sa « viiiiie »! Ce risque est lié à un manque de pratique, de connaissances, d’expérience ou d’information.

Souvent, un acheteur stratégique paiera un meilleur prix pour une entreprise. Plusieurs soutiennent que l’écart positif de prix s’explique par la valeur des économies d’échelle générées dans la transaction. Je ne partage pas cet avis. Mes expériences démontrent que les économies d’échelle n’expliquent qu’une petite partie de l’écart de valeur. En réalité, les économies d’échelle sont souvent équivalentes et même dépassées par les « déséconomies » provoquées par les changements de structure, les adaptations de culture et les modifications apportées au processus d’opérations. En revanche, le risque perçu par un acquéreur stratégique, connaissant bien le domaine et expérimenté dans l’industrie est plus petit que le risque perçu par un acquéreur qui ne possède pas cette expertise. La diminution du risque faisant son effet, le prix est plus élevé.

 

ordi.jpg

Exemples de diminution de risque

L’exemple le plus connu est certainement celui de Microsoft qui, en transformant la licence d’utilisation du logiciel OFFICE, a fait migrer son logiciel d’un prix d’acquisition à une location annuelle. Microsoft diminue son risque opérationnel en s’assurant de revenus réguliers.

On aurait tort de penser que ce modèle ne s’applique qu’aux grandes entreprises. Un frigoriste qui offre des contrats d’entretien et de suivi à sa clientèle serait un bon exemple de diminution de risque opérationnel.

Les entreprises de traitement de pelouse qui offrent des réductions substantielles pour des contrats de plusieurs années sont un autre exemple de diminution du risque opérationnel.

Une autre façon connue est de mettre en place un processus d’acquisition de contrats à terme sur les taux de change pour vos ventes à l’exportation.

Avoir une clientèle variée pour laquelle aucun client ne représente plus de 10% des ventes a un impact positif sur la valeur de l’entreprise comparativement à une entreprise qui, dans le même domaine, n’a que 4 ou 5 clients. La raison : le risque opérationnel de la première est plus petit.

Aucun item n’aura un impact aussi important et aussi rapide qu’un financement avantageux. Un financement qui bat les normes de l’industrie, par exemple un prêt sans intérêt du gouvernement, vient modifier directement la structure du capital de l’entreprise et augmente de façon proportionnelle le taux multiplicateur des bénéfices futurs. Si, par exemple, la valeur de l’entreprise est de 5 fois les bénéfices futurs, un financement avantageux pourrait pousser la valeur à 5.5 fois ou 6 fois les bénéfices dès la signature de l’entente. Attention : l’inverse est aussi vrai et l’avantage obtenu ne fonctionne que pour la durée du financement avantageux.

Nous espérons avoir pu vous aider à identifier des pistes d’augmentation de valeur pour votre entreprise. Si vous avez des questions ou pour vous aider à implanter une démarche d’augmentation de la valeur dans votre entreprise, n’hésitez pas à faire appel à nos services.