Votre entreprise vous paie-t-elle suffisamment ?

EST-CE QUE MON ENTREPRISE EST PERFORMANTE?

Dans les petites et moyennes entreprises, très souvent, la performance financière se mesure en répondant à la question suivante : « Ai-je fait plus de bénéfices que l’année dernière? ». Si oui, tout va bien, si non, le gestionnaire se demande pourquoi... 

Le processus typique à la PME, en gestion de la rentabilité, pourrait être caractérisé de la façon suivante :

  • Suivi régulier de la marge sur frais variables (vente - coût des marchandises - main d’oeuvre directe) et du volume d’affaires (vente par mois)
  • Gestion fiscale à la fin de l’exercice
  • Analyse des ratios financiers (marge de bénéfice net, la marge brute, les délais de récupération des comptes-clients et rotation des stocks) avec le rapport du vérificateur.
  •  Budget des résultats (ventes – dépenses) avec suivi mensuel (mais pas toujours)

LE GRAND OUBLIÉ

Pourtant, il y a ce petit ratio qui devrait être au cœur des préoccupations des propriétaires d’entreprises et qui passe souvent inaperçu : le rendement de l’équité ou le rendement de l’avoir des actionnaires. Ce ratio est égal au bénéfice net divisé par l’avoir des actionnaires soit: la mise de fonds + bénéfices non-répartis.  Pourquoi est-ce important ?

Voyons cet exemple : Jean-Guy est propriétaire de ABC INC et Denis est propriétaire de XYZ INC. Tous les deux sont propriétaires uniques de leur entreprise. Voici les données financières (exemple fictif inspiré de cas réels) :

JEAN-GUY DENIS
Salaire 85 000 $ 85 000 $
Bénéfice net de la compagnie 75 000 $ 150 000 $

Même si la compagnie de Jean-Guy produit moins de bénéfices que la compagnie de Denis, elle est plus rentable. Voici pourquoi :

Jean-Guy opère sa compagnie de marketing Internet à partir du garage de sa résidence et n’a que 15 000$ d’immobilisation donnée en garantie sur un prêt dont le solde est de 6 000 $. Jean-Guy se paie un dividende à tous les ans, en ne laissant que le strict minimum de capital nécessaire aux opérations de sa compagnie.

Denis est propriétaire d’une entreprise manufacturière dont l’avoir des actionnaires est de 2 millions $ à la valeur comptable. Il doit maintenir des inventaires, des équipements et des emplois. Son risque d’affaires est beaucoup plus grand que celui de Jean-Guy.

Dans notre exemple Jean-Guy opère son entreprise avec un avoir des actionnaires de 20 000$. Son rendement sur le capital investi est de 75 000$/20 000$ = 375%.

Tandis que Denis, avec le 150 000$ de profits générés par sa compagnie, obtient sur le 2 millions $ de valeur comptable un rendement de 7.5%.

 

COMMENT EST-CE QUE CELA SE PRODUIT ?

C’est le temps qui fait son oeuvre. Prenons un autre exemple : Pierre investit 500 000$ dans son entreprise. Il se paie un bon salaire et génère 250 000$ de bénéfice net qu’il laisse dans la compagnie. Voyons ce qui se produit au bout de 5 ans :

Année 1 2 3 4 5
Avoir des actionnaires 500 000 $ 750 000 $ 1 000 000 $ 1 250 000 $ 1 500 000 $
Bénéfice net 250 000 $ 250 000 $ 250 000 $ 250 000 $ 250 000 $
Rendement 50 % 33,3 % 25 % 20 % 16,7 %

Afin d’obtenir les bénéfices après impôts, nous appliquons un taux d’impôt de 19 % aux économies d’intérêts de 18 750 $ par année pour un bénéfice net additionnel de 15 187.50$ 

Calculons le rendement maintenant :

Année 1 2 3 4 5
Capital investi 500 000 $ 750 000 $ 1 015 188 $ 1 296 486 $ 1 594 873 $
Bénéfice net 250 000 $ 265 188 $ 281 298 $ 298 387 $ 316 514 $
Rendement 50 % 35,4 % 27,7 % 23,0 % 19,8 %

On peut donc dire qu’uniquement par les économies d’intérêts, le bénéfice net augmente de 26.6% en 4 ans ((316 514$ -250 000$) / 250 000$). Par contre le rendement sur l’avoir des actionnaires a baissé de 30.2% sur la même période. 

L’augmentation du bénéfice net causée par la diminution de frais d’intérêts donne une fausse impression de progression de la rentabilité. Cette façon de faire instaure un mode de gestion qui repose sur la disponibilité des encaisses. Cela donne de la latitude aux gestionnaires mais fait souvent perdre de belles occasions d’enrichissement aux actionnaires. 

PATRICK DÉRY CPA CMA :    CRÉER DE LA VALEUR POUR L'ACTIONNAIRE DE PME